Explorer les différents items pour donner votre diagnostic
Vous avez débloqué un nouvel onglet
Validez votre choix...
Mauvaise réponse, choisissez un autre diagnostic
Bonne réponse.
Bonne réponse ! Validez vos arguments.
Essayez un autre cas patient ?
Patient
Patient de 14 ans
Motif de consultation
Dermatose prurigineuse
Histoire de la maladie
Ce patient est suivi depuis plusieurs années pour une dermatose prurigineuse qui évolue par poussées,
Sa maman rapporte que les lésions s’améliorent lorsqu’ils partent au soleil
Antécédents
Antécédents familiaux : asthme et cancer du sein chez la mère ; rhinite allergique chez le frère
Antécédents personnels : aucun en dehors d’un rhume des foins et d’une « allergie au pollen »
SUIVANT
Examen clinique général
Tension artérielle : 12/7 mmHg
Pouls : 75 battements/minute
Poids normal
Taille normale
Température : 37,6°C
Aires ganglionnaires libres
Prurit intense avec retentissement sur ses activités quotidiennes
Examen dermatologique
Surface corporelle atteinte (20 %)
Xérose

Avec l’autorisation du Dr C. Velter


Avec l’autorisation du Dr C. Velter


Avec l’autorisation du Dr C. Velter


Source : La dermatologie facile aux ECNi, Elsevier®
SUIVANT
Devant ce tableau clinique, les diagnostics suivants ont été évoqués :
Une poussée de dermatite atopique (eczéma atopique)
Une poussée de psoriasis en plaques
Une poussée de lichen plan
Une toxidermie
Une dermatophytie diffuse
SUIVANT
Veuillez trouver les résultats des examens complémentaires prescrits :
La maman de l’enfant vous explique qu’il s’applique depuis 2 mois des dermocorticoïdes qu’il a trouvés dans sa pharmacie et des crèmes hydratantes, mais que cela ne suffit plus à calmer ses symptômes.
Voici l’évaluation clinique de la situation :
Score d’activité de la maladie :

SCORAD 30
Échelle de qualité de vie :

DLQI 7
Score de prurit (NRS) :

7/10
SUIVANT
Quel est votre diagnostic ?
VALIDER
Quel est votre diagnostic ?
SUIVANT
Une poussée de dermatite atopique (eczéma atopique)

Quels arguments étayent votre diagnostic ?

Oui, étaye le diagnosticNon, n'étaye pas le diagnostic
Âge du patient
Atopie familiale
Amélioration au soleil
Plaques érythémato-squameuses mal limitées, bordure émiettée
Lésions liées au grattage
Xérose
VALIDER
Une poussée de dermatite atopique (eczéma atopique)
Quelle est votre prise en charge ?
VALIDER
Adresser le patient à un dermatologue pour permettre une prise en charge spécialisée

Quels arguments étayent votre prise en charge ?

Oui, étaye la prise en chargeNon, n'étaye pas la prise en charge
Surface corporelle de plus de 10 %
Prurit avec retentissement sur les activités quotidiennes
Échec d’un traitement local par dermocorticoïdes
VALIDER
Conclusion
Les bonnes réponses sont :
Oui, étaye le diagnosticNon, n'étaye pas le diagnostic
Âge du patient
Atopie familiale
Amélioration au soleil
Plaques érythémato-squameuses mal limitées, bordure émiettée
Lésions liées au grattage
Xérose
Oui, étaye la prise en chargeNon, n'étaye pas la prise en charge
Surface corporelle de plus de 10 %
Prurit avec retentissement sur les activités quotidiennes
Échec d’un traitement local par dermocorticoïdes
L'avis de l'expert
La dermatite atopique (eczéma atopique) est une dermatose prurigineuse inflammatoire chronique fréquente chez l’adulte (2-10 %) et l’enfant (15-30 %) 1,2 dont environ 20 % ont une forme modérée à sévère 2.
Elle est caractérisée par une augmentation de la réponse immune Th2 (impliquant les lymphocytes T auxiliaires de type 2), une réponse innée, une barrière cutanée altérée et une augmentation de la colonisation par Staphylococcus aureus 2.
Évaluation clinique
Il s’agit d’une dermatite atopique (eczéma atopique) modérée car :
Symptômes non contrôlés par les traitements locaux
Surface cutanée atteinte > 10 %
Retentissement sur les activités quotidiennes : DLQI > 5
Score d’activité de la maladie : SCORAD entre 25-50
Démarche de prise en charge
Les traitements classiques, tels que les émollients, les stéroïdes topiques et les inhibiteurs de calcineurine sont les traitements de première ligne 3,4.
L’échec des traitements locaux est défini par :
La persistance de lésions/signes cliniques malgré des soins locaux bien conduits et l’éviction d’éventuels facteurs aggravants, après éducation thérapeutique.
La persistance d’un score d’activité de la maladie élevé (SCORAD/EASI/PGA) et/ou l’altération de la qualité de vie.
En cas d'échec des traitements topiques de 1ère ligne, les patients doivent être adressés au dermatologue qui aura le choix de prescrire des immunosuppresseurs systémiques ou la photothérapie. 3,4

Les scores d’évaluation de la sévérité et du retentissement de la dermatite atopique (eczéma atopique) sont variés et différents selon les pays.

La sévérité de la dermatite atopique (eczéma atopique) peut être appréciée par 3 scores 5 :

SCORAD

Score de sévérité, intensité des symptômes, critères subjectifs
qui évalue le prurit, la qualité du sommeil, sur 102.

DLQI

Score de qualité de vie en dermatologie, sur 30.

EASI

Score de sévérité topographique, intensité des symptômes, sur 72.

Dermatite
atopique
LégèreModéréesévère
SCORAD 6< 2525-50> 50
DLQI 7< 56-10> 10
EASI 81-77-21> 21
Cas clinique proposé et rédigé par Dr Velter, Dermatologue libéral, 1 rue de Villersexel, 75007 Paris

(1) Bieber T. Atopic dermatitis. N Engl J Med 2008;358:1483–94.
(2) Velter C. Key-studies on dupilumab. Ann Dermatol Venereol. 2018 Aug - Sep;145(8-9):532-8.
(3) Wollenberg A, Barbarot S, Bieber T, Christen-Zaech S, Deleuran M, Fink-Wagner A, et al. Consensus-based European guidelines for treatment of atopic eczema (atopic dermatitis) in adults and children: part I. J Eur Acad Dermatol Venereol 2018;32:657–82.
(4) Wollenberg A, Barbarot S, Bieber T, Christen-Zaech S, Deleuran M, Fink-Wagner A, et al. Consensus-based European guidelines for treatment of atopic eczema (atopic dermatitis) in adults and children: part II. J Eur Acad Dermatol Venereol 2018;32:850–78.
(5) Rehal B. and Armstrong A. Health outcome measures in atopic dermatitis: a systematic review of trends in disease severity and quality-of-life instruments 1985–2010. PloS one 6.4 (2011): e17520
(6) Wollenberg, A., et al. Consensus‐based European guidelines for treatment of atopic eczema (atopic dermatitis) in adults and children: part II. Journal of the European Academy of Dermatology and Venereology 32.6 (2018): 850-878.
(7) Silverberg JI. et al. Severity strata for POEM, PO-SCORAD, and DLQI in US adults with atopic dermatitis. Ann Allergy Asthma Immunol. 2018 Oct;121(4):464-471.
(8) Leshem YA, et al. What the Eczema Area and Severity Index score tells us about the severity of atopic dermatitis: an interpretability study. Br J Dermatol. 2015;172(5):1353-7
Le formulaire a été envoyé avec succès !
Votre avis compte
Je souhaite recevoir des informations sur l’actualité Sanofi.
Je veux rester inform(é)e

Les scores d’évaluation de la sévérité et du retentissement de la dermatite atopique (eczéma atopique) sont variés et différents selon les pays.

La sévérité de la dermatite atopique (eczéma atopique) peut être appréciée par 3 scores 1 :

SCORAD

Score de sévérité, intensité des symptômes, critères subjectifs
qui évalue le prurit, la qualité du sommeil, sur 102.

DLQI

Score de qualité de vie en dermatologie, sur 30.

EASI

Score de sévérité topographique, intensité des symptômes, sur 72.

Dermatite
atopique
LégèreModéréesévère
SCORAD 2< 2525-50> 50
DLQI 3< 56-10> 10
EASI 41-77-21> 21

(1) Rehal B. and Armstrong A. Health outcome measures in atopic dermatitis: a systematic review of trends in disease severity and quality-of-life instruments 1985–2010. PloS one 6.4 (2011): e17520

(2) Wollenberg, A., et al. Consensus‐based European guidelines for treatment of atopic eczema (atopic dermatitis) in adults and children: part II. Journal of the European Academy of Dermatology and Venereology 32.6 (2018): 850-878.

(3) Silverberg JI. et al. Severity strata for POEM, PO-SCORAD, and DLQI in US adults with atopic dermatitis. Ann Allergy Asthma Immunol. 2018 Oct;121(4):464-471.

(4) Leshem YA, et al. What the Eczema Area and Severity Index score tells us about the severity of atopic dermatitis: an interpretability study. Br J Dermatol. 2015;172(5):1353-7