Explorer les différents items pour donner votre diagnostic
Vous avez débloqué un nouvel onglet
Validez votre choix...
Mauvaise réponse, choisissez un autre diagnostic
Bonne réponse.
Bonne réponse ! Validez vos arguments.
Essayez un autre cas patient ?
Patient
Patient de 17 ans, lycéen, déscolarisé
Motif de consultation
Prurit diffus, dépression
Histoire de la maladie
Depuis tout petit, présente de l’eczéma, qui par la suite était plutôt calme au cours de l’enfance. Recrudescence des lésions aux plis de flexions depuis l’âge de 15 ans. Prurit diffus, insomniant. Applique des crèmes de temps en temps.
Joue aux jeux vidéos la nuit, ne va plus au lycée.
Antécédents
Familiaux : dermatite atopique (eczéma atopique) chez la maman et chez la petite sœur
Personnels : dermatite atopique (eczéma atopique) du nourrisson traitée par dermocorticoïdes et émollient, asthme. Un bilan allergologique a été réalisé pour l’asthme il y a quelques années, aucune allergie décelée.
SUIVANT
Examen clinique général
Tension artérielle : 110/65 mmHg
Pouls : 70 battements/minute
Température : 37,9°C
Maigreur
Peu bavard
Examen général normal
Examen dermatologique
Pelade en plaques
Xérose cutanée diffuse
Lésions lichénifiées des plis des coudes, genoux
Quelques lésions vésiculeuses du décolleté







Avec l’autorisation du Dr L. Dequidt


SUIVANT
Devant ce tableau clinique, les diagnostics suivants ont été évoqués :
Une dermatite atopique (eczéma atopique) non contrôlée
Des symptômes de dépression secondaire à l’eczéma
Une gale
Un eczéma de contact
SUIVANT
Veuillez trouver les résultats des examens complémentaires prescrits :
NFS : hyperéosinophilie isolée (PNE 2,01 G/L)
CRP : 0,5 mg/L
Ionogramme sanguin : normal
SUIVANT
 
Quelle est votre prise en charge ? (Réponses multiples)
VALIDER
Une dermatite atopique (eczéma atopique) non contrôlée avec des symptômes de dépression secondaire à l’eczéma

Quels arguments étayent votre diagnostic ?

Oui, étaye le diagnosticNon, n'étaye pas le diagnostic
Atopie personnelle et familiale
Âge du patient
Localisation des lésions en zones bastions (plis de flexion)
Xérose cutanée
Maladie chronique
Prurit insomniant
VALIDER
 
Quelle est votre prise en charge ? (Réponses multiples)
SUIVANT
Une dermatite atopique (eczéma atopique) non contrôlée avec des symptômes de dépression secondaire à l’eczéma
Quelle est votre prise en charge ? (Réponses multiples)
VALIDER
Conclusion
Les bonnes réponses sont :
Oui, étaye le diagnosticNon, n'étaye pas le diagnostic
Atopie personnelle et familiale
Âge du patient
Localisation des lésions en zones bastions (plis de flexion)
Xérose cutanée
Maladie chronique
Prurit insomniant
L'avis de l'expert
La dermatite atopique (eczéma atopique) est une dermatose inflammatoire chronique.
Elle peut débuter chez le nourrisson, se poursuivre à l’adolescence et à l’âge adulte. L’atopie regroupe la dermatite atopique (eczéma atopique), l’asthme et la rhinoconjonctivite.
Le diagnostic de dermatite atopique (eczéma atopique) est clinique et elle est définie comme une dermatose prurigineuse récidivante touchant avec prédilection les plis de flexion.
L’éducation thérapeutique des patients est un point clé de la prise en charge à ne pas négliger, les dermocorticoïdes sont le traitement de 1ère ligne.
Le retentissement psychologique doit absolument être pris en compte : le prurit peut être très invalidant et source de troubles du sommeil, troubles de l’humeur etc. Les interactions entre dermatite atopique (eczéma atopique), émotions et psychisme existent.
Une dermatite atopique (eczéma atopique) grave altère la qualité de vie et peut modifier la personnalité ou induire des troubles psychologiques. Le stress peut être incriminé comme élément déclencheur d’une poussée de dermatite atopique (eczéma atopique).
Il convient de repérer les familles en souffrance pour leur proposer une prise en charge spécifique.
Dans notre cas, notre jeune patient ne dort plus et présente un isolement social en lien avec sa dermatose (déscolarisation, joue aux jeux vidéos la nuit, pelade).
La prise en charge hospitalière est indiquée pour l'éducation thérapeutique, prise en charge psychologique et prise en charge spécifique.

Existe-t-il un intérêt à faire un bilan allergologique pour le diagnostic ?

Le diagnostic de la dermatite atopique (eczéma atopique) est avant tout clinique.

Il n’est pas nécessaire de faire des examens complémentaires.

En revanche, le rôle possible d’allergènes comme facteurs pérennisants de certaines dermatites atopiques (eczéma atopique) peut conduire dans certains cas à des explorations allergologiques, et ce après avis spécialisé.

À noter, un test d’allergie positif indique seulement qu’il existe une sensibilité à un allergène, sans preuve que l’exposition allergénique déclenche ou entretient les symptômes.

Quels que soient les résultats des investigations allergologiques, ils doivent toujours être confrontés à l’histoire clinique.

Cas clinique proposé et rédigé par Dr Dequidt, Chef de Clinique Assistante, CHU de Bordeaux, Hôpital Saint-André 
Le formulaire a été envoyé avec succès !
Votre avis compte
Je souhaite recevoir des informations sur l’actualité Sanofi.
Je veux rester inform(é)e

Les scores d’évaluation de la sévérité et du retentissement de la dermatite atopique (eczéma atopique) sont variés et différents selon les pays.

La sévérité de la dermatite atopique (eczéma atopique) peut être appréciée par 3 scores 1 :

SCORAD

Score de sévérité, intensité des symptômes, critères subjectifs
qui évalue le prurit, la qualité du sommeil, sur 102.

DLQI

Score de qualité de vie en dermatologie, sur 30.

EASI

Score de sévérité topographique, intensité des symptômes, sur 72.

Dermatite
atopique
LégèreModéréesévère
SCORAD 2< 2525-50> 50
DLQI 3< 56-10> 10
EASI 41-77-21> 21

(1) Rehal B. and Armstrong A. Health outcome measures in atopic dermatitis: a systematic review of trends in disease severity and quality-of-life instruments 1985–2010. PloS one 6.4 (2011): e17520

(2) Wollenberg, A., et al. Consensus‐based European guidelines for treatment of atopic eczema (atopic dermatitis) in adults and children: part II. Journal of the European Academy of Dermatology and Venereology 32.6 (2018): 850-878.

(3) Silverberg JI. et al. Severity strata for POEM, PO-SCORAD, and DLQI in US adults with atopic dermatitis. Ann Allergy Asthma Immunol. 2018 Oct;121(4):464-471.

(4) Leshem YA, et al. What the Eczema Area and Severity Index score tells us about the severity of atopic dermatitis: an interpretability study. Br J Dermatol. 2015;172(5):1353-7