Explorer les différents items pour donner votre diagnostic
Vous avez débloqué un nouvel onglet
Validez votre choix...
Mauvaise réponse, choisissez une autre prise en charge
Bonne réponse.
Bonne réponse ! Validez vos arguments.
Essayez un autre cas patient ?
Patient
Femme de 28 ans, mariée, infirmière dans un EHPAD auvergnate, un enfant.
Motif de consultation
Douleurs de l’hémiface droite évoluant depuis deux semaines.
Histoire de la maladie
Dans un contexte de surmenage et de fatigue, la patiente présente des fourmillements de l’hémiface droite qu’elle attribue à son activité professionnelle surchargée.
Les signes ont débuté il y a deux semaines. Depuis 48 heures, elle ressent des décharges électriques violentes dans le territoire du V2 droit à type de névralgie faciale.
Antécédents
Personnels :
Épisode de lombo-sciatalgie il y a 5 ans,
Grossesse il y a 2 ans avec période de flou visuel de quelques jours à l’œil gauche spontanément résolutif en quelques semaines sans séquelle.
Familiaux :
Une polyarthrite rhumatoïde chez sa grand-mère
SUIVANT
Examen clinique
Tension artérielle : 110/70 mmHg
Pouls : 76 battements/minute
Température : 36,9°C
Examen neurologique
Réflexes ostéotendineux vifs et symétriques aux 4 membres
Pas de signe de Babinski
Nerfs crâniens : discrète hypoesthésie de l’arcade sourcilière droite et hypoesthésie cornéenne droite
Reste de l’examen neurologique sans particularité
SUIVANT
Devant ce tableau clinique, les diagnostics suivants ont été évoqués :
Une douleur neuropathique
Névralgie faciale essentielle
Névralgie faciale dans le contexte d’une maladie de Lyme
Névralgie faciale de neurinome du trijumeau
Névralgie faciale de sclérose en plaques
Névralgie symptomatique d’une maladie de système (sarcoïdose, gougerot...)
SUIVANT
Veuillez trouver les résultats des examens complémentaires prescrits :
Biologie
NFS, VS, CRP : normales
Glycémie à jeun, ionogramme, urée, créatinine, bilan hépatique : normaux
Sérologie de Lyme : négative
Ac. anti-phospholipides, antinucléaires, anti-DNA natifs : négatifs
Enzyme de conversion de l’angiotensinogène : négative
IRM Encéphale
4 hypersignaux à la fosse postérieure, dont 1 sur le trajet du V droit et 4 hypersignaux à l’étage sus-tentoriel périventriculaire et sous-cortical d’allure ovoïde de plus de 3 mm
Ponction lombaire
2 leucocytes, 0 hématie
Protéinorachie à 0,60 g/L
Électrophorèse du LCR : 2 bandes oligoclonales
SUIVANT
Une douleur neuropathique.
Quelle est votre prise en charge ?
VALIDER
Avis neurologique

Quels arguments étayent votre prise en charge ?

Oui, étaye la prise en chargeNon, n'étaye pas la prise en charge
Décharges électriques
Douleur pulsatile
Céphalée en casque
Fourmillements, picotements
VALIDER
Conclusion
Les bonnes réponses sont :
Oui, la prise en chargeNon, n'étaye pas la prise en charge
Décharges électriques
Douleur pulsatile
Céphalée en casque
Fourmillements, picotements
L'avis de l'expert
Les douleurs dans la SEP sont fréquentes, elles peuvent être révélatrices ou compliquer l’évolution de la maladie. Elles peuvent être en rapport avec des douleurs neuropathiques, mais également mixtes associant douleurs par excès de nociception et douleurs psychogènes.
Elles peuvent survenir lors d’une poussée ou être séquellaires.
L’impact des douleurs est important pour la qualité de vie et souvent sous-estimé par le patient et les soignants, le handicap de la SEP primant souvent sur la plainte, d’où l’importance d’une bonne évaluation (EVA, échelle DN4, échelles comportementales et de dépression).
De nombreux traitements médicamenteux et non médicamenteux sont souvent utiles et nécessitent une prise en charge multidisciplinaire.
Cas clinique proposé et rédigé par le Dr R. Colamarino, Centre Hospitalier d’Antibes (06600).
Le formulaire a été envoyé avec succès !
Votre avis compte
Je souhaite recevoir des informations sur l’actualité Sanofi.
Je veux rester inform(é)e

Les scores d’évaluation de la sévérité et du retentissement de la dermatite atopique (eczéma atopique) sont variés et différents selon les pays.

La sévérité de la dermatite atopique (eczéma atopique) peut être appréciée par 3 scores 1 :

SCORAD

Score de sévérité, intensité des symptômes, critères subjectifs
qui évalue le prurit, la qualité du sommeil, sur 102.

DLQI

Score de qualité de vie en dermatologie, sur 30.

EASI

Score de sévérité topographique, intensité des symptômes, sur 72.

Dermatite
atopique
LégèreModéréesévère
SCORAD 2< 2525-50> 50
DLQI 3< 56-10> 10
EASI 41-77-21> 21

(1) Rehal B. and Armstrong A. Health outcome measures in atopic dermatitis: a systematic review of trends in disease severity and quality-of-life instruments 1985–2010. PloS one 6.4 (2011): e17520

(2) Wollenberg, A., et al. Consensus‐based European guidelines for treatment of atopic eczema (atopic dermatitis) in adults and children: part II. Journal of the European Academy of Dermatology and Venereology 32.6 (2018): 850-878.

(3) Silverberg JI. et al. Severity strata for POEM, PO-SCORAD, and DLQI in US adults with atopic dermatitis. Ann Allergy Asthma Immunol. 2018 Oct;121(4):464-471.

(4) Leshem YA, et al. What the Eczema Area and Severity Index score tells us about the severity of atopic dermatitis: an interpretability study. Br J Dermatol. 2015;172(5):1353-7